Récit et vidéo de la cérémonie du 11 novembre

Récit et vidéo de la cérémonie du 11 novembre

Tant que je serai maire à Clarensac, nous aurons une Rue du 19 mars 1962.

clarensac-monument-aux-morts-cadre-bleu-blanc-rouge

Mercredi 11 novembre 2015 à Clarensac, 11h40, devant le monument aux morts, ils étaient déjà nombreux à attendre avec impatience le cortège officiel qui devait les rejoindre. Les musiciens et chanteurs du Centre Artistique Oratorio étaient prêts à les accueillir en musique. Ils étaient placés à gauche du monument. Et le long de la route juste en face du monument certains avaient pris leur place, pour ne rien raté de la cérémonie. Le précédent maire de Clarensac, Georges Bazin, était présent lui aussi, il était juste à côté de l’ancien porte drapeau de la FNACA (Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie, Maroc et Tunisie) Clarensac – Saint-Côme. Des enfants, beaucoup d’enfants étaient là. Si l’on compare aux années précédentes, les têtes blanches sont moins nombreuses.

Il fallait absolument trouver une place qui soit en hauteur pour ne pas être gêné, lors de la prise de vue. La seule solution possible pour filmer le cortège qui allait démarrer incessamment sous peu, était le cimetière. Attention, pour respect, salutations, évitons de marcher par-dessus les tombes. De là haut, on pouvait faire le cadrage du cortège avec en toile de fond la Fontaine et l’Horloge de Clarensac. Une fois là haut, au bout à droite, debout contre le poteau électrique, la vue était magnifique, on pouvait voir tous ces gens qui attendaient, les meilleures places étaient prises, et sur la droite cerise sur le gâteau, la Grand’Rue avec au fond, la toile, superbe. Ce jour-là, il faisait beau, le soleil rayonnait de toute sa splendeur, le ciel était d’un bleu pur, loin était la guerre et ses frayeurs.

11h55, ils démarrent de la Fontaine, le Centre Artistique Oratorio en est avisé. Tout doucement, tout lentement, ils avancent. Madame la maire de Clarensac, Marjorie Enjelvin, à sa gauche le président de la FNACA Clarensac – Saint-Côme, et encore à gauche le porte drapeau de la FNACA, des enfants tout autour les devancent. C’est une multitude qui arpente la Grand’Rue, et vous pouvez être assuré que d’habitude, enfin, les fois précédentes, il n’y avait jamais eu autant de monde dans cette rue. Les enfants sont joviales, ils saluent au passage le policier municipal. Les adjoints officiels du cérémonial sont Christophe Fadat premier adjoint, Christophe Mazur troisième adjoint, Isabelle Sério quatrième adjointe et Frédéric Grau Bueno cinquième adjoint.

Midi, ils sont là, la musique du Centre Artistique Oratorio retentit et fait vibrer les cœurs. Madame la maire de Clarensac remercie tous les participants et ensuite lit une lettre d’un poilu, Michel Taupiac dit François, il avait 29 ans en 1914, fils d’ouvriers agricoles du Tarn-et-Garonne : « Quand nous sommes arrivés par ici au mois de novembre, cette plaine était alors magnifique avec ses champs à perte de vue, pleins de betteraves, parsemés de riches fermes et jalonnés de meules de blé. Maintenant, c’est le pays de la mort, tous ces champs sont bouleversés, piétinés, les fermes sont brûlées ou en ruine et une autre végétation est née : ce sont les petits monticules surmontés d’une croix ou simplement d’une bouteille renversée, dans laquelle on a placé les papiers de celui qui dort là… »

Un petit raccourcit de la suite du discours de Madame la maire :

« Chaque 11 novembre, est l’occasion, de se souvenir qu’une guerre ne vient jamais par hasard. Le combat pour la paix n’a rien d’un combat d’arrière garde. L’engagement des peuples représente au contraire, une condition indispensable au maintien de la paix… Mais pour autant les guerres continuent, elles sont multiples aujourd’hui, de la Syrie à l’Irak, de l’Afghanistan à la Somalie, la liste est longue des régions du globe où parlent les armes et où souffrent les peuples… Je me félicite chaque année de la présence de nombreux enfants de la commune à cette cérémonie, ils auront demain, la responsabilité de notre héritage…Transmettons, à nos enfants, les valeurs de la paix. Souvenons-nous que l’expérience de la Vie, aide un homme à se bâtir et que l’expérience de l’Histoire, aide un peuple à se construire. Restons vigilants et transmettons notre Histoire. Vive la Paix ! Vive la République ! Vive la France ! ».

Applaudissements et musique avec Oratorio.

Ensuite, deux jeunes clarensacoises lisent le discours de l’UFAC (Union Française des Associations de Combattants). Juste après, c’est au tour du président de la FNACA Clarensac – Saint-Côme de prendre la parole.

Après les discours, vient le dépôt de gerbes. La première gerbe est déposée par Madame la maire en compagnie d’une des jeunes clarensacoises qui a fait lecture du message de l’UFAC. Recueillement. À nos morts glorieux 1914 – 1918. La seconde gerbe est déposée par le président de la FNACA Clarensac – Saint-Côme et de l’autre jeune lectrice du message de l’UFAC. Recueillement. À nos morts glorieux 1914 – 1918. Et puis, plusieurs enfants, qui chacun une rose à la main, vont déposer délicatement au pied du monument, le rouge écarlate. Minute de silence…

Les professeurs de l’école élémentaire emmènent les enfants à côté du Centre Artistique Oratorio, un chant, avec les enfants de l’école Marie-Pape Carpantier, se prépare. Ils s’alignent juste devant Oratorio. La Marseillaise est chantée en musique. Les enfants donnent de la voix et le public reçoit la majestueuse mélodie.

Avant de clôturer la cérémonie et d’aller boire le verre de l’amitié au foyer communal de Clarensac, Madame la maire prononce un dernier discours. En voici le contenu réduit : « À l’heure où certains de mes homologues n’ont qu’à faire de débaptiser les rues, et notamment celle du 19 mars 1962, je voudrais, même si on est le 11 novembre, aujourd’hui, réaffirmer et confirmer que tant que je serai maire à Clarensac, nous aurons une Rue du 19 mars 1962 ».

Voici la vidéo de la cérémonie :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.